skip to Main Content
Mchichates, les perspectives de l’année 2019

Mchichates rectifie le tir

Mchichates n’a pas encore une année d’existence, donc nous ne bénéficions pas encore de subventions de l’état. Cependant, dès sa création, nous avons commencé à faire des sauvetages et bénéficié de dons de donateurs dont nous nous rappelons très bien et auxquels Mchichates est toujours reconnaissante.
Travailler uniquement sur ces sauvetages, était comme tourner en boucle. Il est assez aisé de toucher un donateur avec une photo, récolter des dons et les « débourser » sur le même sauvetage. Nous nous refuserons pas les sauvetages d’emblée, car comme tout animoureux, nous avons des réactions quasi épidermiques à la vue d’un animal en détresse. Mais admettons le, quatre mille dirhams dépensés sur un sauvetage pourrait faire vacciner quarante chats, les mêmes quatre mille c’est aussi environ 13 sacs de croquettes de 20 kg et plusieurs quartiers nourris. A défaut de moyens, on se devait de bien réfléchir avant de dépenser car bien sûr à côté, nous avons continué à les nourrir et avions des frais de fonctionnement.
Alors, même sans subventions de l’état, l’état doit nous aider, mais aussi coopérer, car c’est la raison d’être d’une association. Nous avons alors rectifié le tir, et décidé de commencer des campagnes des vaccination, stérilisation et de sensibilisation quartier par quartier.
Continuer à être axés sur les sauvetages, c’était faire comme tout sauveteur agissant seul, alors, qu’il s’agit d’une association et qu’elle dispose davantage de cartes en main.

Perspectives de l’année 2019

Mchichates a décidé de travailler avec les communes, de bénéficier des aides qu’elle pourrait apporter. en matière de campagnes de stérilisation, vaccination et sensibilisation.

Stratégie

Avant d’entamer nos campagnes qu’on compte réaliser quartier par quartier, nous comptons tout d’abord acquérir une parfaite connaissance du terrain, environnement, résidents, recenser les chats et avoir connaissance de leur histoire. On ne peut agir sans méconnaître ou ignorer ces données et tenir compte du contexte socio-culturel.

La sensibilisation

Stériliser un chat reste un sujet sensible et les mentalités restent le plus gros défi de l’association, c’est un terrain à baliser d’urgence. Il ne sert à rien de créer la polémique, ou choquer, si on cherche à faire adhérer les résidents d’un quartier à notre cause ou au moins se faire accepter pour cela il faut apprendre à écouter et savoir répondre. Il est donc important d’informer, expliquer, et commencer par stériliser les femelles ayant déjà eu au moins une portée. Stériliser une chatte ayant eu au moins six bébés choque moins surtout quand on va travailler dans un quartier populaire.

La vaccination

La vaccination antirabique est primordiale, d’autant plus que les vaccins pourrait être offerts par la commune. Vacciner un chat, et le marquer, le ferait accepter par les résidents qui verraient en lui une nuisance et source de maladies, et ne déplairait pas aux autres ni à la commune, du même que ceci protégerait la population et le chat de la rage et de la fourrière.

La stérilisation

La stérilisation au Maroc, la grande incomprise, alors que sur une portée à la rue, un seul chaton au plus arrive à survivre, et la maman finit par dépérir, alors que stérilisée, elle vit beaucoup mieux et plus. On ne cesse à parler respect de la nature, alors qu’en milieu urbain, plus rien n’est naturel, c’est comme lâcher des enfants dans un champ de guerre et parler de respect de la vie.

L’environnement

Etant également une association pour la protection de l’environnement, on compte agir sur ce dernier pour assurer à nos chats davantage de sécurité, toujours en collaboration avec les communes, orienter les chats loin des portes, afin de leur éviter la confrontation avec le voisinage qui les considère comme une nuisance, et éviter ainsi les cas d’empoisonnement, et de malveillance.

Pourquoi le voisinage est important

Il l’est plus que tout, car une grande partie des dangers qui les guettent, vient des résidents, gamins des rues, empoisonnement, maltraitance, fourrière. On peut certes vacciner, stériliser, et nourrir. Mais après chaque action, ils resteront à la merci du voisinage, qu’on doit d’abord gagner, mais à défaut, on cas de maltraitance avérée et prouvée on peut agir.

Campagne à venir

Nous avons le plaisir de vous informer, que nous avons eu l’accord, l’appui et l’assistance d’une commune d’un quartier populaire de Casablanca, et si tout évolue comme nous le souhaitons, on procédera à toute notre première campagne, qui débutera par une campagne de propreté pour baliser le terrain, puis une autre de sensibilisation à la protection animale et celle de l’environnement, puis une campagne de propreté, puis de vaccination et stérilisation. La commune nous offrira les vaccins et a promis de tenir compte des chats, lors de leurs aménagements au sein du quartier, on va faire de notre mieux pour améliorer leur environnement.

 

Bien à vous

F.Babaenass

 

 

 

 

 

Cet article comporte 2 commentaires
  1. Bonsoir

    Pour des raisons de santé je suis obligé de me séparer de mon chat de 3 mois mais je veux être sûre de la personne qui va l adopter va prendre soin d elle

  2. Bonjour,

    Bravo pour votre travail, c’est vraiment remarquable. A chaque fois que je viens au Maroc j’ai le terrible constat de voir des chats amaigris affaiblis, blessés et apeurés dans les rues. Ils sont a la merci de gens malveillants …
    Je vous adresse un immense encouragement et je souhaite que vos actions dureront le plus longtemps possible. Mais dites moi quelles sont les démarches pour être subventionné par l’état ?
    Il serait aussi honorable de mettre en place un partenariat auprès des compagnies publicitaires pour mener une campagne au sein des villes contre la maltraitance des animaux (ici en l’occurrence les chats), les bons gestes à adopter et l’importance de la stérilisation, car comme vous dites peu de chatons survivent et surtout les chats se reproduisent à une vitesse folle! Donc plus de peine et plus de souffrance en perspective…

    De plus une campagne de sensibilisation auprès des écoles dès le plus jeunes âge serait aussi un moyen de prévention. Je suis propriétaire de chat donc je me permets de vous donner quelque idées (peut être pas encore évoquer)

    J’aimerai bien vous aider mais habitant loin (France) je ne sais pas comment à part des dons…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top